Autores
Víctor Bermúdez
Compilador
Marie-Antoinette Bissay & Anis Nouairi (Eds.) assistés de Patrick Née
Título de volumen colectivo
Lorand Gaspar et la matière-monde
Editorial
Éditions L’Harmattan
Fecha de edición
2015
Páginas
103-125
ISBN
978-2-343-06574-8.

6 julio, 2016

Cette étude aborde les aspects scientifico-cognitifs de la poésie de Lorand Gaspar. La modulation que le savoir exerce sur la poétique de L. Gaspar repose sur sa manière particulière de nommer le monde qui provient de l’observation scientifique de la matière. Celle-ci ne s’arrête toutefois pas là : sa poésie est tout à fait consciente des mécanismes cognitifs de la perception et sa relation avec les émotions. Par conséquent, une écriture cognitive du sensible est construite comme médiation de l’homme-corps-cerveau avec une réalité perçue, quant à elle, comme étrangère et lointaine. Cette compréhension de la réalité passe par la nomination scientifique du monde, par un lexique systématisé pour dénommer le corps et l’espace à la fois que par une approche sensible du monde ; ces deux aspects de la conscience s’unissant pour donner lieu au doute, à la suspension de toute catégorie absolue, ce que les grecs de l’Antiquité nommaient l’épochè.

Notre analyse se base sur l’étude du recueil Égéeet plus précisément sur des extraits des poèmes « Pierre », « Chœurs » et « Le repas des oiseaux ». Le commentaire littéraire soulignera les ressources stylistiques et la structure de ses métaphores ainsi que la configuration du paysage et du corps dans les différents poèmes étudiés. Par ailleurs, l’analyse formelle et métaphorique conduira à une autre analyse où le concept de « poésie-épochè » fera allusion à l’ars poetica gasparienne comme une écriture soutenue sur un principe d’incertitude. En effet, chez L. Gaspar, le savoir présuppose l’acceptation d’une distance et constitue une approche et une médiation avec le monde. L’intentionnalité littéraire s’inscrit dans l’enquête de communion entre l’homme et l’espace, et de cette véritable réconciliation surgit une poésie qui se sert du géologique et de l’anatomique pour nommer la matière et situer l’homme dans la marge d’incertitude de la beauté.

Más información